Procès-verbal de la réunion d'information pour les projets SPRL Teria et SNG Concept construction de 5 et 28 logements sis Pont de la Folie à Philippeville

Procès-verbal de la réunion d’information du 29/08/2019.

Les autorités communales présentes :

-Mr André Dubois, Bourgmestre FF.

-Mr Jean-Marie Delpire, Echevin de l’urbanisme.

-Mme Martine Warnon-Dechamps, Echevine des finances.

Service urbanisme de la Ville de Philippeville représenté par :

-Mme Nathalie Anciaux.

Les demandeurs :

-Mr Philippe Lefèvre, architecte.

-Mr Iacobucci Nicolas, demandeur.

-Mr Iacobucci Sandro, demandeur.

 

Jean-Louis Jacquemyn – Vers l’Avenir.

 

Habitants du Pont de la Folie présents :

-Mme De Couvreur Delphine; -Mr Camby John; -Mr Liesse Jean-Pierre; -Mr et Mme Dierickx – Gamache; -Mme Petruzzi Gabriella; -Mr Pierrard Philippe; -Mr Lombart Eric; -Mr et Mme Mayeur – Misson; -Mr Kileste José; -Mr et Mme Marson – Pirlot; -Mr Van Geel Geoffrey; -Mme Sacré Nathalie; -Mr Fiorello Franco; -Mr et Mme Dambly – Van Overwaele.

 

  1. Mot d’accueil du Bourgmestre ff.
  2. Monsieur Delpire (échevin de l’urbanisme) explique en deux mots la procédure administrative du dossier et les voies de recours possibles :

      3. Présentation du projet par Mr Lefèvre (architecte) qui rappelle qu’en Région Wallonne il convient de densifier l’habitat dans les villes, favoriser le mitoyen et l’habitat groupé et non plus des maisons 4 façades comme il y a quelques années.  Il y a de plus en plus de gens à loger et de moins en moins de surface disponible, il faut donc user du territoire avec parcimonie.

Explication du contexte urbanistique du Pont de la Folie ainsi que de la rue du Moulin.Ce qui s’est fait à l’époque avec les maisons construites par Horizon Sud n’est pas représentatif des habitations caractéristiques de Philippeville qui présentent des gabarits de rez + 1 + toiture. On ne peut donc pas prendre ces constructions en exemple pour le futur. La densification demandée par le SPW dans le SDT explique la volonté de construire des appartements à cet endroit, en zone d’habitat.
 

  1. Interrogation du public :

Le nombre de logements :
28 logements, celà veut dire autant de voitures si pas plus (au moins deux voitures par ménage).

Les blocs qui comptent 7 logements comptent 12 places de parking, donc il manque déjà 2 places de parking…

Le gabarit des bâtiments :
Vu la hauteur des nouveaux bâtiments (10,45m au faîte et 6,60m sous corniche et pour les toitures plates : 9m à l’acrotère), les personnes qui les occuperons pourront voir ce qui se passe dans les maisons situées en face puisqu’elles sont plus basses.
Mr Lefèvre précise bien qu’il y a des terrasses sur l’arrière et que les gens vivront plus sur l’arrière que sur l’avant…

La sortie des garages

Problème soulevé en ce qui concerne la sortie des garages : manœuvres pour sortir de ces derniers qui engendreront un empiètement sur la parcelle d’en face en raison de l’étroitesse de la voirie.

La sécurité.

Peur d’avoir une cité HLM ou des logements sociaux.
L’architecte les rassurent en vantant la qualité des logements ; ils comprennent minimum 2 chambres et maximum 3 chambres.

Les bâtiments existants :

Que vont devenir les bâtiments qui sont construits ?

Les demandeurs sont en pourparlers avec le futur acquéreur de ces bâtiments pour le parachèvement et la réparation des malfaçons « constatées ».

Zone au plan de secteur :

Les promoteurs des maisons « Bik » ont toujours proclamé que les terrains en face se trouvaient en zone « verte » et qu’il n’y aurait aucune construction.

Le plan de secteur date de 1980 et reprend les parcelles concernées en zone d’habitat. Elles n’ont jamais été reprises en zone « verte ».

Mr Lefèvre a projeté sur l’écran le plan de secteur pour montrer que les parcelles concernées sont bien en zone d’habitat.

Equipements de voirie :

Absence de trottoirs et beaucoup de circulation dans le quartier.
Vitesse excessive des véhicules, manque de sécurité pour les enfants (pratique du vélo dangereuse…).

L’échevin de l’urbanisme propose d’imposer dans le permis (s’il est délivré), en charges d’urbanisme la création d’un trottoir sur les parcelles des demandeurs.

Les demandeurs n’y sont pas opposés.

Mise à disposition d’une partie de leurs parcelles pour y créer une plaine de jeux ?

Les demandeurs ne sont pas contre cette idée.

Les autorités communales proposent aussi des aménagements en ce qui concerne la vitesse des véhicules (zone 30, chicanes, casse-vitesse ou autres…).

Durée et entretien du chantier

Les demandeurs ne savent pas donner de date précise car ils ne sont pas à l’abri d’un contretemps sur le chantier et donc dans ce cas, ne pas tenir leur « promesse ».

 

Mr Kileste qui habite la Rue du Moulin a soulevé le problème des boues sur les routes et bas-côté pendant la période hivernale.

Les demandeurs assurent que les routes seront dégagées de toutes boues ou autres ; qu’ils assigneraient une personne en charge du nettoyage.

Monsieur Delpire précise aussi que cela peut être fait par les pompiers et que dans ce cas, la facture sera adressée à l’entreprise qui a souillé la voirie.